Une belle pelouse nécessite soins et entretien.

Votre pelouse est exposée à plusieurs dangers et la mousse est l’un des principaux. De par sa densité de croissance, elle étouffe l’herbe. En outre, elle produit d’innombrables spores, qui se tapissent dans la couche de feutre, et y assure une abondante descendance entre les brins d’herbe déjà affaiblis. Les mottes de mousse abandonnées sur la pelouse ont également l’occasion, lorsque les conditions de croissance sont favorables, de se multiplier végétativement par enracinement. Il y a donc tout intérêt, sur les pelouses contenant de la mousse, de se débarrasser complètement des résidus de tonte, pour éviter la formation de mulch.

Mais Edialux peut faire mieux!

À partir de la mi-mars, et de préférence pas plus tôt, il est possible de s’attaquer à la mousse avec Moscide. En effet, l’action de Moscide est influencée par une combinaison de facteurs, notamment la température et l’humidité du sol. AussiMoscide est-il plus efficace à 15 °C qu’à 10 °C.

Contrairement au sulfate de fer pur, Moscide (un mélange de chélate de fer) présente des avantages de taille !

  • Moscide ne crée pas de taches de rouille sur le béton ou le dallage après piétinement de la pelouse traitée.
  • Moscide n’a pas d’action acidifiante, de sorte que le problème de la mousse est résolu à long terme.
  • Avec Moscide, l’herbe est d’un beau vert foncé, car Moscide fait également office d’engrais ferreux pour le gazon.
  • Moscide ne perturbe pas l’équilibre de la vie microbienne du sol.

En automne et en hiver, la croissance de l’herbe s’arrête mais pas celle de la mousse. Il peut donc être utile de traiter la mousse une seconde fois en automne. Avec leurs températures encore suffisamment élevées, les belles journées de septembre ou d’octobre s’y prêtent parfaitement.

Après avoir traité la mousse avec Moscide, veillez à éliminer les mottes de mousse morte. La meilleure façon consiste à ratisser ou à scarifier la pelouse une quinzaine de jours après traitement. Par la même occasion, vous débarrasserez votre pelouse des résidus d’herbe totalement ou partiellement décomposés. Cette ‘couche feutrée’ a non seulement pour effet d’étouffer la pelouse mais aussi de créer un microclimat idéal à la croissance de nouvelle mousse. Le scarifiage a donc deux avantages : d’une part il permet de détacher en grande partie la couche de feutre spongieuse, et d’autre part, les lames creusent simultanément des sillons minuscules entre les racines d’herbe. Ce travail en profondeur améliore l’aération et l’apport en éléments nutritifs de la zone racinaire. La période d’intervention optimale se situe grosso modo entre la mi-mars et la fin avril.

Quelques jours après le scarifiage, épandez une petite quantité d’engrais organique pour stimuler la croissance de l’herbe et rétablir l’état optimal de la pelouse.
Moscide ne perturbe pas la vie microbienne. L’utilisation d’engrais organiques enrichis de vie microbienne est donc parfaitement conciliable avec Moscide. La vie microbienne additionnelle qui est ainsi injectée dans la pelouse a pour effet d’accélérer la décomposition des résidus de la couche feutrée. Et donc ainsi, à terme, la mousse aura de plus en plus de mal à proliférer.

Il est conseillé d’appliquer Moscidelorsque la météo n’annonce pas de pluie dans les premières heures suivant l’arrosage. Toujours appliquer Moscide avec beaucoup d’eau pour favoriser le contact : de 10 à 15 litres d’eau pour 100 m² de gazon traité. La dose utile de Moscide est relativement faible : 200 grammes de produit pour 10 à 15 l d’eau/100 m². Si vous utilisez de l’eau tiède, la poudre Moscide se mélangera plus vite et le mélange sera plus homogène. La poudre se délaiera difficilement si vous utilisez de l’eau très froide, comme celle provenant d’un puits de forage, p. ex.